Le Jujitsu

Le ju-jitsu, ou jūjutsu ou encore jiu-jitsu (柔術, jūjutsu, littéralement : «art de la souplesse»), regroupe des techniques de combat qui furent développées par les samouraïs durant l’époque d’Edo. Elles enseignaient aux samouraïs et aux bushis à se défendre lorsque ceux-ci étaient désarmés lors d’un duel ou sur le champ de bataille.

Yōshin-ryū (楊心流?) est l’une des plus anciennes écoles traditionnelles du Japon, ou krou, à avoir enseigné le jūjutsu pendant l’ère Edo.

Ces techniques sont parfois classées en quatre catégories principales : atemi waza (« techniques de frappe »), nage waza (« techniques de projection »), kansetsu-waza (« techniques de luxation ») et ne waza (« travail au sol »)

Dans le terme « jū-jutsu », « jū » (柔) signifie « souplesse » et « jutsu » (術) signifie «art».

Il existe diverses transcriptions phonétiques approximatives, ce qui explique les différentes orthographes

Le terme générique « ju-jutsu » cache une réalité historique bien plus complexe : en effet, il n’a jamais existé une discipline unique et strictement définie correspondant à ce terme, réalité qui correspond au caractère vague de cette désignation « art de la souplesse ». Il s’agissait de la discipline de combat sans armes, partie intégrante du programme enseigné par chacune des nombreuses écoles japonaises (les ryū), qui ont peu à peu périclité à la fin de l’ère féodale.

Praesent suscipit Lorem ut amet, ut massa